Le Site des Cavales
Accueil du sitegalerie de portraits
Dernière mise à jour :
jeudi 3 janvier 2013
Statistiques éditoriales :
44 Articles
3 Brèves
39 Sites Web
280 Auteurs

Statistiques des visites :
258 aujourd'hui
396 hier
380288 depuis le début
   
Bernard Moitessier
samedi 6 janvier 2007
par volubilis
Sur le Web le wiki, ....

" Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. "

Cité dans "La longue route" Arthaud Editeur.

À l’aide d’un lance-pierres, Bernard Moitessier catapulta ce légendaire message sur la passerelle d’un pétrolier. Avec son fameux bateau Joshua, il se trouvait alors en tête de la première course en solitaire autour du monde.

Bernard Moitessier naît en 1925 à Hanoï (Indochine) mais il passe son enfance à Saïgon. Il rachète en 1952 un vieux bateau qu’il baptise Marie-Thérèse. Il fait naufrage à l’île Maurice trois ans plus tard, il repart avec un nouveau bateau, Marie-Thérèse II, construit de ses mains et sans plan.

En 1958, Bernard réalise son rêve, visiter les Antilles. Il y laissera l’épave de son bateau, échoué sur une plage, et retiendra de cette mésaventure qu’il ne faut pas accepter d’impératif de rendez vous quand on est en mer Il rentre en France et sur les conseils d’un journaliste, il décrit ses aventures dans le Vagabond des mers du sud. Le livre publié en 1960 chez Flammarion dans la collection « l’Aventure vécue » aura des milliers de lecteurs. Grâce à l’argent gagné et le courant de sympathie qu’il suscite, il fait construire en 1961 son nouveau bateau, un ketch en acier de 12 mètres, qu’il baptise « Joshua » en hommage au grand navigateur Joshua Slocum, premier homme à boucler le tour du monde en solitaire. En 1963, avec sa femme Françoise, il met le cap sur Tahiti via Panama. Ils rentrent en France par le cap Horn, le plus long trajet jamais realisé jusqu’alors sans escale. Dès son retour en France en 1966, il écrit Cap Horn à la voile, nouveau succès. En 1968, arrive l’épisode de sa participation au Golden Globe qui le fait entrer dans la légende et transforme définitivement sa vie. Parti en solitaire de Plymouth, il descend l’Atlantique, traverse l’Océan Indien puis le Pacifique. Au moment de commencer la remontée de l’Atlantique, il décide d’abandonner la course et de poursuivre jusqu’à Tahiti où il mettra les pieds à terre qu’après dix mois de mer (et un tour et demi de la planète). Parti sans moyen de communication avec le monde extérieur, il communique sa décision par un message lancé au lance-pierres sur un cargo qu’il croise. Cette longue navigation autour du monde donnera l’un des plus beaux livres de mer jamais écrit : la Longue route.

Le 8 décembre 1982, Joshua est arraché de son mouillage et jeté à la côte par un cyclone. Le voilier mythique a été racheté et restauré récemment par le Musée Maritime de La Rochelle et est désormais, avec quelques autres bateaux remarquables, classé monument historique.

En 1983, sa notoriété permet à Bernard Moitessier de construire son cinquième bateau (après « Le Snark », « Marie Thérèse I », « Marie Thérèse II » et « Joshua ») « Tamata ». Il part vers Hawaii, à l’âge de 58 ans. Il y reste dix mois à œuvrer pour la désescalade nucléaire. Jusqu’en 1985, il navigue et visite la Polynésie et ses lagons. En 1986, Moitessier rentre en France et commence à écrire Tamata et l’alliance son dernier livre, empreint d’une philosophie écologique et qui sera terminé en juillet 1993. Il s’éteint en 1994.

Articles de cette rubrique
  1. Ellen Macarthur
    22 décembre 2006

  2. Joshua Slocum
    25 décembre 2006

  3. Vito Dumas
    27 décembre 2006

  4. Jacques Yves Le Toumelin
    31 décembre 2006

  5. Bernard Moitessier
    6 janvier 2007

  6. Marin Marie
    11 janvier 2007

  7. Jean François DENIAU
    28 janvier 2007

Google
Web volubilis.cavale.free.fr